Bienvenu sur Machi no yôso ! Rejoins-nous dans la ville aux pouvoirs mystérieux~
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuroe Isami



Messages : 24
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Dim 2 Nov - 15:16



un docteur pour une blessée

Jin Nakajima
Kuroe Isami

Kuroe pouvait enfin souffler un peu. Sa journée avait été plus chargée que ce qu'elle avait prévue. Elle avait, dans la matinée, dû procéder à son déménagement. Effectivement, elle s'était lassée de son ancien appartement et avait réussi à un trouver un plutôt pas mal. Et puis, elle ne serait pas seule maintenant puisqu'elle avait au moins un colocataire si elle se souvenait bien, même si elle ne l'avait pas encore croisé. Elle ne cessait de se demander à quoi il pourrait bien ressembler, et ce jusqu'à ce qu'elle atteigne le café dans lequel elle travaille.

A partir du moment où elle est entrée, le jeune Kasai a béni chacune de ses pauses. Pour une raison qui lui échappait, elle avait l'impression que toute la ville s'était réunie pour la surcharger de travail. Par chance, ce genre de situation n'arrivait pas souvent mais lorsque c'était le cas, les serveuses ne faisaient presque que courir. Alors, bien évidemment, cinq minutes par-ci par-là pour se reposer un peu ne pouvait faire que du bien. Et la demoiselle dut suivre ce rythme effréné jusqu'au milieu de l'après-midi. Ce fut donc avec un soulagement immense qu'elle partit pour le parc dans le but de laisser retomber la pression.

Kuroe se posa rapidement sur un banc, la tête en arrière pour observer le ciel. C'était rare de la voir aussi calme, et elle ne pouvait pas le rester très longtemps. C'est pour ça que cinq minutes à peine après s'être assise, elle repartait déjà à la recherche de quelque chose pour l'occuper. Elle finit par voir des gamins jouer au foot et ne se gêna pas pour les rejoindre. Il ne lui fallait vraiment pas grand chose pour s'amuser, alors chaque but se transformer en super victoire qui la faisait rire aux éclats.

Cependant, après un tir un peu trop fort, le ballon vint se coincer entre les branches d'un grand arbre. La Kasai n'eut d'autre choix que d'aller le chercher, ce qui donna lieu à une escalade du ledit arbre. Elle réussit rapidement à atteindre la balle, par contre la descente se fit un peu plus compliqué que la montée. A tel point que, la semelle de ses chaussures étant un peu lisse, son pied glissa de l'une des branches. Alors ce qui devait arriver arriva : Kuroe tomba. Par chance, elle n'était plus très haut mais elle ne s'était pas loupée pour autant. Chaque fois qu'elle posait son pied droit une vive douleur lui traversait la jambe.

Alors, ni une ni deux, elle fit la chose la plus sensée pour une fois. Elle partit en direction de l'hôpital, n'étant pas sûre de ce qu'elle avait bien pu se faire. Avant ça, elle avait tout de même rassuré les enfants mais le chemin jusqu'à l'établissement fut un peu long. Une fois arrivée et ayant expliqué sa situation, elle alla s'asseoir là où on le lui avait indiqué. Il ne restait plus qu'à la demoiselle qu'à attendre qu'un bon docteur vienne s'occuper d'elle.

© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Nakajima



Messages : 18
Date d'inscription : 31/10/2014

MessageSujet: Re: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Dim 2 Nov - 18:30




Un docteur pour une blessée
Jin et Kuroe

C

’était vraiment pas de bol…

- « Encore une dernière patiente ?! »


Ma voix avait été un peu plus vive. Plus qu’à l’accoutumée. La jeune infirmière qui m’avait apporté le dernier dossier se mit à rougir et bafouilla des excuses. De quoi me faire culpabiliser puis m’attendrir, puisque tout de suite après, je lui adressai un sourire fin en m’excusant à mon tour. Et lorsqu’elle sortit de mon bureau, un lourd soupir s’échappa de mes lèvres. Il était maintenant 18 heures et l’heure de ma descente était déjà arrivée. Mais puisque le médecin de garde n’était pas encore là, il fallait que je prenne l’affaire en main. Sauf que sans le savoir, j’avais rendez-vous avec le destin lui-même. Une rencontre qui allait sans doute changer ma vie, mon quotidien et ce de manière assez radicale…

Je consultai rapidement le dossier. Kuroe Isami, 18 ans, se plaignait d’une douleur à la jambe. Ah oui. Comment avais-je eu accès à ses informations ? Sans doute parce que la jeune femme avait décliné son identité et la cause de son mal à défaut de présenter un carnet de santé. C’était la plupart du temps le même cas. Les gens venaient à la hâte ici, sans carnet ni thermomètre, ce qui obligeait les secrétaires médicales à constituer un dossier sommaire et à la va-vite pour gagner du temps. Je grattai ma tête et me levai de mon siège avant de sortir de mon bureau. Si cette jeune fille avait mal à la jambe, elle aurait certainement du mal à me rejoindre, aussi m’étais-je donc dévoué sans appeler d’infirmière.

- « Kuroe Isami ? »

Qu’avais-je demandé tranquillement en arrivant à la salle d’attente. Sauf que dans ladite salle, il n’y avait qu’une seule personne. Et que lorsque je posai mes yeux sur elle, j’eus un sentiment plutôt indescriptible qui m’anima. Un coup de foudre ?! Naan. Pas possible ! Sans pour autant paraitre troublé, je devais avouer qu’elle avait du charme. Mais à bien scruter sa bouille, on devinait tout de suite le caractère qu’elle avait. Pas besoin d’être psy pour ça. Je m’armai alors d’un sourire en sortant mes mains de la blouse blanche posée sur mes épaules avant de m’approcher d’elle. Et une fois à sa hauteur et au vu de l’absence de chaise roulante, j’optai rapidement pour la première initiative qui me vint à l’esprit.

- « Si tu me permets, on ira plus vite comme ça… »

Sans lui donner le temps de répliquer, je la soulevai dans mes bras et me dirigeai aussitôt à mon bureau avec elle. Une fois à l’intérieur, je la posai délicatement sur le lit d’auscultation avant d’aller fermer la porte et de revenir à elle. Vu qu’il était tard, nul besoin de prendre sa température et autre. Le plus important était d’observer de plus près la jambe douloureuse. Alors déjà, je la déchaussai rapidement avant de soupirer. Puis je me mis à replier son jean jusqu’à dévoiler sa jambe droite qui était endolorie. Je soulevai délicatement la jambe en question et je me mis à l’observer sous toutes ses coutures. Pas d’hématomes alors exit l’entorse ou la foulure. Pas de gonflements particuliers. Exit la fracture.

Sans doute une hémorragie interne. « Je suppose que tu es tombée sur ce pied… Mais par pur précaution, je vais tout de même vérifier quelque chose. » Qu’avais-je dis en commençant à appuyer sa jambe sur des points précis, sourire rassurant aux lèvres. « Alors, ça fait toujours mal ? C’est de plus en plus ou de moins en moins douloureux ? Jusqu’où est-ce que tu ressens la douleur ? Le genou ? Les orteils ? Surtout, tu me dis si je touche un point douloureux hein… » Qu’avais-je fini par dire en continuant de palper à différents endroits de sorte à cibler les douleurs pour établir un diagnostic final. A mon avis, elle ne devait avoir qu’une élongation, et j’espérais vraiment que ce soit le cas pour elle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuroe Isami



Messages : 24
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Dim 2 Nov - 21:02



un docteur pour une blessée

Jin Nakajima
Kuroe Isami

Ne pas poser la jambe ou la laisser tranquillement au sol, ou encore essayer de masser. Kuroe ne savait pas trop quoi faire à vrai dire, toute seule dans la salle d'attente. Et évidemment, c'était maintenant que le besoin de bouger venait méchamment la démanger. Elle ne pouvait rêver mieux comme situation. Par chance, son calvaire allait vite prendre fin. Elle finit par entendre son nom, à peine surprise, et releva vivement la tête. Elle fut étonnée un moment, ce n'était pas donné à tout le monde d'avoir un médecin qui aurait pu être mannequin. Un fin sourire vint étirer ses lèvres lorsqu'elle détailla son visage. Sa cicatrice que beaucoup pourrait trouver dérangeante, elle lui donnait un certain charme. Et le sourire qu'il afficha ne l'aida pas spécialement à contenir le sien.

Elle réalisa après un petit moment qu'il s'était approché et allait se lever quand elle fut stopper par sa voix.

« Si tu me permets, on ira plus vite comme ça… »

Kuroe n'eut même pas le temps de répondre qu'elle était soulevée dans les airs. Elle n'avait pas prévu ça du tout et l'image qu'elle se faisait de la situation lui fit lâcher un petit rire. Elle n'aurait pas cru que le médecin irait jusque là, bien sûr c'était plus simple ainsi que de l'avoir à traîner de la patte jusqu'au bureau mais ça lui semblait surréaliste. Une fois arrivés, il la déposa sur le lit d'auscultation et partit fermer la porte. Elle ne put se retenir de poser la question qui lui avait traversé l'esprit en chemin.

« Wow ! Je ne savais pas que les médecins ont le droit de faire ça ! Et vous le faites souvent ? »

Elle l'aurait bien tutoyer mais elle avait peur que ça fasse un peu trop informel, après c'était lui qui allait pouvoir l'aider pour sa jambe. Elle profita encore un peu du fait qu'il soit de dos pour l'observer. Il était vraiment grand, et ce n'était pas peu dire pour elle qui dépassait parfois des hommes. Et puis fort aussi, il avait pu la porter jusque là sans sourciller. Elle continua de le suivre du regard lorsqu'il revint à sa hauteur, il faut dire qu'elle ne trouvait pas grand chose d'intéressant dans cette salle.

Il commença à l'ausculter après l'avoir déchaussée et remonté son jean. Les choses se corsèrent à partir du moment où il souleva doucement la jambe de la Kasai. Il y était allé doucement mais ça n'avait pas empêché le léger élancement qu'elle avait ressenti. Ce fut pire quand il commença à appuyer : certains endroits étaient assez insensibles mais d'autres lui arrachaient des grimaces. Elle ne s'était pas loupée même si ça ne devait pas être si grave que ça vu le sourire du médecin. Maintenant elle devait répondre aux questions, pas de problèmes mais ce serait avec une grimace.

« Evitez près de la cheville s'il vous plaît, c'est le plus sensible. Et quand je pose le pied j'ai mal jusqu'en haut de la cuisse mais là ça s'arrête plus bas. Au fait, vous vous appelez comment ? J'aime bien avoir le nom de ceux qui me torturent. »

Kuroe avait terminé en rigolant, espérant qu'il comprendrait que c'était de l'humour. Puis elle sourit simplement, c'était à lui de répondre cette fois-ci. Et elle devait bien l'avouer, elle ne pouvait pas faire grand chose en ce moment.

© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Nakajima



Messages : 18
Date d'inscription : 31/10/2014

MessageSujet: Re: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Lun 3 Nov - 0:50




Un docteur pour une blessée
Jin et Kuroe

E

n la palpant, je repensai à sa toute première phrase et je me mis à me marrer intérieurement. Sauf cas extrême, il est vrai que je n’avais jamais porté une patiente comme ça jusqu’à mon cabinet pour l’ausculter. C’était donc une première, mais je me gardai bien de le lui dire et de revenir sur le sujet. Elle était plutôt marrante cette petite, même si elle m’avait quand même bluffé physiquement. Alors certes, elle avait un côté garçon manqué et ça se voyait carrément à des kilomètres, mais la confondre avec un homme était absolument impossible et ce malgré sa grande taille. Devant il y avait son opulente poitrine. Derrière, des fesses à faire pâlir n’importe quel homme, dont moi… Fétichiste de postérieurs bien rebondis.

- « Halala ! Suis-je si méchant que ça ? Eh bien, ton tortionnaire du jour s’appelle Jin Nakajima. Mais tu peux m’appeler docteur ou tout simplement Jin, si tu veux. »

J’avais beau plaisanter également mais intérieurement, j’étais un peu inquiet. Ce n’était  définitivement pas une élongation, mais plutôt une entorse de sa cheville. En appuyant vers la zone de sa cheville, j’observai son visage et constatai ses différentes grimaces. Pas de doutes possibles. D’ailleurs, en soulevant encore plus sa jambe, je remarquai la formation d’une vilaine ecchymose. C’était définitif : Une vilaine entorse. La douleur pouvait certainement irradier le long de sa jambe et de sa cuisse, mais je n’écartai pas pour autant l’hypothèse de l’élongation qui pouvait s'accumuler au mal déjà diagnostiqué. De toute façon, sauter sur des examens plus poussés ne ferait que l’effrayer ou la déprimer, au choix. On allait traiter la cheville d’abord…

- « J’ai bien peur que ce ne soit une entorse à la cheville. Pour ce qui est de ta jambe et de ta cuisse, nous allons patienter 24 heures. Si les douleurs persistent vers ces zones jusqu’à demain soir, reviens me voir et nous effectuerons des analyses plus approfondies. Mais pour l’heure, il n’y a pas trop à s’inquiéter. »

J’eus un sourire affable malgré ma mine on ne peut trop patibulaire. L’idée était vraiment de la rassurer, elle qui n’était encore qu’une gosse. C’était contradictoire comme raisonnement vu qu’elle m’attirait un peu physiquement, mais je ne pouvais pas voir les choses autrement. Et puis ça me permettrait de ne pas dépasser le cadre médecin patient. Manquerait plus que je la drague alors que j’avais 12 piges de plus qu’elle. Halala… Le vieux que j’étais devait sérieusement songer à se caser : « Je vais te prescrire des antidouleurs pour que tu puisses passer la nuit tranquille. Des anti-inflammatoires aussi pour ton entorse. » Sitôt dit, je m’éloignai d’elle et je m’emparai d’une feuille d’ordonnance.

- « Tu dois également te reposer. C’est PRIMORDIAL ! Tu vas devoir stopper les études, ton job ou même les deux si tu cumules. N’essaye pas de discuter ou même de forcer sur ton pied parce que si tu le fais, tu risques plus grave encore… »

En m’asseyant derrière mon bureau, je me mis à griffonner le nom des médicaments qu’elle allait devoir acheter quand mon téléphone portable sonna soudainement. Je décrochai alors l’appareil avant de débuter une conversation avec le concierge de l’immeuble dans lequel j’habitais. Celui-ci avait omis de me faire savoir que l’une de mes nouvelles colocataires avait pris ses aises chez moi. Je lui avais confié cette tâche puisque j’étais venu à l’hôpital très tôt à cause d’une réunion entre cadres et chefs de service. Maintenant que j’y pensais, je n’allais sans doute pas tarder à la rencontrer. A la question de savoir quel était le nom de ma chère coloc’, le concierge hésita un peu, le temps que sa mémoire revienne et…

- « J’me souviens m’sieur ! Elle s’appelle Kuroe Isami ! C’est une jolie colocataire que vous allez là avec des cheveux bleus ! Mais elle est sortie depuis ce mat… »

Bip. J’avais soudainement coupé le téléphone et je m’étais retourné vers le dossier de ma patiente. Pas de doute possible. C’était le même nom, la même description. Alors je me retournai vers elle, l’air hagard. Le destin était quelque chose hein… « Tu es… ma colocataire ? » Désolé, mais j’avais pas trouvé autre chose à demander. Sur le coup, c’était quand même gros, cette coïncidence… « Mon concierge vient de me dire qu’une certaine Kuroe a emménagé chez moi. Alors, c’était toi, celle qui avait répondu à mon annonce ? » Maintenant que j’y repensais, le son de sa voix me disait quelque chose. Mais étant un toubib très occupé, j’avais laissé toutes les démarches au concierge qui s’était occupé de tout avec professionnalisme…

- « Alors il te plait ? Mon loft je veux dire… ? »

Que lui avais-je demandé curieusement en posant mon coude sur mon bureau de sorte à soutenir ma tête, sourire aux lèvres.

- « Ah, essaye de descendre toute seule et de marcher jusqu’à moi et dis-moi si tu as toujours mal jusqu’à la cuisse… »

Bien sûr, je ne perdais pas de vue mon travail, faut pas déconner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuroe Isami



Messages : 24
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Lun 3 Nov - 19:07



un docteur pour une blessée

Jin Nakajima
Kuroe Isami

Ah, il n'avait pas répondu à sa première question, mais au moins avait-il avec bonne humeur sa petite blague. Et Kuroe avait maintenant son nom : Jin Nakajima. Elle le fit sonner plusieurs fois dans sa tête, et, trouvant la sonorité plaisante, esquissa un petit sourire. Petit car il continuait à appuyer sur des zones sensibles et des grimaces se présentaient au fur et à mesure, se bousculant un peu. Elle trouva quand même le moyen de lui répondre, profitant d'un petit répit.

« Alors va pour Jin, j'aime bien !  »

La suite lui plût nettement moins. Une entorse, rien que ça. Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris de glisser franchement. Au moins elle avait rencontré quelqu'un d'intéressant à ses yeux. Il essayait de la réconforter avec un sourire mais il avait l'air quelque peu inquiet. Bah ce n'était qu'une entorse après tout, ça ne la gênerait pas longtemps, enfin elle l'espérait. Et puis elle avait le droit à des anti-douleurs et anti-inflamatoires. La demoiselle allait parler mais il l'interrompit en la devançant.

« Tu dois également te reposer. C’est PRIMORDIAL ! Tu vas devoir stopper les études, ton job ou même les deux si tu cumules. N’essaye pas de discuter ou même de forcer sur ton pied parce que si tu le fais, tu risques plus grave encore… »

Kuroe resta bouche bée, ne pas protester ce n'était pas possible. Elle se redressa et se rapprocha du bord du lit, elle allait protester, ça s'est sûr.

« Quoi ?! Mais ça veut dire que je ne vais pas pouvoir bouger un moment ! Ça ne va pas être possible du tout. »

Kuroe ne se serait absolument pas gêner pour continuer à s'énerver si le portable de Jin n'avait pas sonné. Cela semblait être important alors elle fit simplement claquer sa mâchoire, le laissant ainsi régler les problèmes qu'il pouvait avoir. Enfin, elle ne prêtait pas attention à ce que le médecin racontait, c'était sa vie après tout. Mais cette histoire d'entorse allait commencé à profondément l'agacer. Alors pour patienter elle observait le bureau, essayant de remarquer des détails passés inaperçus jusque là. Son regard se posait de temps en temps sur lui, elle devait bien se l'avouer, il avait l'air plutôt bien fichu, surtout pour un docteur.

La Kasai finit par sortir de ses pensées en entendant le téléphone être reposé. Elle pouvait maintenant continuer son "argumentation" mais elle s'interrompit, trouvant curieux qu'il regarde ce qui semblait être son dossier. Pourquoi encore y prêtait attention alors qu'il savait déjà ce qu'elle avait et qui elle est. Eh bien elle ne fut pas déçue, le destin peut être particulièrement malicieux par moment. Le mot colocataire résonna un moment à ses oreilles une fois que Jin l'eut prononcé.  Voilà qui était intéressant si elle ne se trompait pas sur ce qui allait se passer.

« Mon concierge vient de me dire qu’une certaine Kuroe a emménagé chez moi. Alors, c’était toi, celle qui avait répondu à mon annonce ? »

« Hum, apparemment c'est moi oui ! Je suis contente, je suis tombée sur un colocataire plutôt pas mal. »


Kuroe n'avait pas vraiment fait attention à ce qu'elle avait dit, ça lui avait échappé comme la plupart de ses pensées. De plus, elle arborait maintenant son fameux sourire, celui qui montre son côté joueuse et taquine. Finalement, elle n'allait peut-être pas maudire tant que ça sa blessure. Sa compliqué juste le fait qu'elle devait être tranquille. Tiens, une nouvelle question, est-ce que le loft lui plaît ? Bien entendu ! Cependant elle attendit avant de répondre, elle s'était vite rendue compte que le médecin, sans le faire exprès, la coupait dans ses gestes et paroles. Et grand bien lui en prit car il lui demandait à présent de se lever pour aller vers lui.

Alors d'une petite pression elle se leva pour pouvoir glisser son pied valide au sol. Le second légèrement relevé, elle s'était bien rendu compte que c'était douloureux de poser son poids dessus. La demoiselle commença à avancer en claudiquant, et grimaça. Ce fut cette fois-ci un mélange de douleur et d'embarras, elle qui adorait avoir l'air grande et forte devait en être loin pour Jin. Mais elle réglerait cela plus tard, après tout ils allaient habiter ensemble maintenant. Elle finit face à son bureau avec un sourire.

« Bien sûr qu'il me plaît, il est génial ! D'ailleurs j'ai hâte d'y retourner et desolée s'il reste encore du bazar. Ah, et ça fait un peu moins mal mais c'est surtout parce que je ne m'appuie pas beaucoup sur mon pied. »

Kuroe faisait la fière actuellement mais elle avait fortement envie de s'asseoir sur le bureau bien qu'il n'avait pas l'air spécialement confortable. Elle fit un gros effort pour juste poser les mains dessus l'obligeant à se baisser un peu pour être à la bonne hauteur. Et cela fit un grand bien à sa cheville droite. Elle regarda Jin un moment avant de rire.

« En tout cas c'est une sacrée rencontre ! »

© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]   Aujourd'hui à 3:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Un docteur pour une blessée [Feat Jin Nakajima]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Militaires 3/3
» Besoin de solitude pour oublier la douleur [feat Hank]
» Autour du Nouveau Livre du Dr Jean Bertrand Aristide
» J'ai besoin de conseil pour prendre mon envol - feat Marek
» Un ange noir pour une chatte noire [Feat Nyria]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Machi no yōso :: Les lieux pour RP :: Hôpital-
Sauter vers: